Votre église n’a pas besoin de « fidèles » - d'après un article de Jason Garwood

23 Apr 2015

Il y a des disciples partout : les adeptes et fans de clubs sportifs peuvent être qualifiés de « disciples », car le disciple est un apprenti qui façonne sa vie selon un certain modèle. Nous avons tous une passion et des modèles.

Souvent, une église locale construit des disciples autour de l’organisation, sans le faire exprès. Nous pensons bien sûr que nos pasteurs et nos structures sont de bonnes avenues pour faire rencontrer Jésus. Mais suivre Jésus en tant que disciple signifie que nous recevons nos instructions de Lui, non pas d’une organisation, qui peut nous distraire. Voici 5 questions ­test pour savoir si nous faisons des disciples de notre organisation ou de Jésus Christ.

1. Nous sommes contrariés lorsque les gens partent.

Beaucoup de responsables d’Église définissent le succès par le nombre de personnes présentes le dimanche matin. Si c'est votre cas, c'est signe que votre accent ne tombe pas sur le discipulat au quotidien.

2. Nous critiquons d’autres églises.

Nous oublions qu’à part quelques hérétiques, nous formons tous une seule et même équipe. Notre préoccupation est davantage de rassembler auprès de nous-­mêmes, au lieu d’envoyer chacun en mission. Nos critiques servent à justifier notre propre église et ses perfections, non pas à faire des disciples.

3. Nous invitons les gens à venir mais ne leur disons jamais qu’il faut aller.

Lorsque nous définissons le succès individuel par l’assistance aux réunions plutôt que par l’obéissance à l’évangile, nous faisons des disciples de l’Église et non pas de Jésus-Christ. Un disciple de Jésus-Christ est envoyé en mission et on le met au défi jusqu’à ce qu’il obéisse. Un disciple d’église vient remplir les chaises.

4. Nous faisons des réunions « gadget ».

Nous nous focalisons sur des techniques pour capturer l’attention des gens au lieu de plaider pour la mission vécue dans la puissance de l’évangile. Nous rendons nos cultes trop confortables et trop divertissants. L’Église est un lieu de formation au combat, non pas un café où on se retrouve pour se sentir un peu mieux.

5. Nous rendons l’évangile dépendant des hommes.

Nous faisons tout pour faire entrer les gens dans l’église, afin de les faire entendre l’évangile communiqué par un professionnel. Nous passons plus de temps à acclimater les gens à notre culture ecclésiale que de communiquer l’évangile ; alors que l’évangile est pour chaque moment de chaque jour.

 Quelle est notre priorité : notre propre survie organisationnelle ou le fait de faire des disciples centrés sur Jésus et sur la mission qu’il nous a donnée ?

 

Merci à Glyn Hackett pour son résumé en français de l'article « Your church doesn't need followers » de Jason Garwood que vous retrouverez sur le site :http://gcdiscipleship.com/your-church-doesnt-need-followers/