Vivre la redevabilité – Matthias Hurpé

5 Feb 2015

Qu'est ce que la redevabilité ?

En fait ce mot n'existe pas (encore). Il vient de redevable qui signifie "Etre ou demeurer débiteur envers quelqu'un" (Le Robert). C'est un terme fort qui désigne une dette, une obligation, un engagement moral d'une personne envers une autre.
Dans notre contexte, la redevabilité, c'est donc un chrétien qui s'engage à se confier en un autre chrétien, afin de grandir dans son obéissance à Dieu.
Cette redevabilité peut être en sens unique, d'une personne envers une autre (M. A est redevable de ce qu'il vit envers M. B) ou bien réciproque (M. A et M. B partagent et sont redevables l'un envers l'autre)

Comment tu t'y es pris pour vivre la redevabilité ?

En fait je ne l'ai pas cherchée. Quand j'ai commencé ma vie étudiante, un frère plus mature m'a proposé qu'on se voie régulièrement pour discuter de ce que je vis et où j'en suis avec Dieu. Pendant longtemps j'ai eu du mal à me confier. On se voyait chaque semaine pour faire un bilan de ce que je lisais dans la Bible : ce que je ne comprenais pas, là où Dieu me montrait que je n'obéissais pas... Et au fur et à mesure j'ai compris l'importance de pouvoir confier mes luttes, mes galères, mes fardeaux, pour être conseillé et ne pas porter tout cela tout seul.
C'est là que, naturellement, j'ai commencé à être redevable de ce que je vivais. Par exemple, quand je prenais un engagement, le frère vérifiait si je le tenais, priait pour moi et m'encourageait quand j'en avais besoin. Ou encore quand j'étais accablé par un péché, je pouvais le partager ; parfois il ne faisait que m'écouter et on priait. D'autres fois, il me rappelait simplement des vérités bibliques comme la puissance de l'évangile. D'autres fois encore, il m'aidait à réfléchir comment lutter contre ce péché.

Pourquoi est-ce important d'être redevable ?

Il me semble que c'est quasiment indispensable pour pouvoir vivre la vie chrétienne comme Jésus nous l'a demandée. Je crois qu'on a tous besoin d'avoir quelqu'un qui regarde en profondeur ce que l'on vit afin d'être sensible à ce qui peut pourrir en nous, sans même que nous nous en rendions compte. Jésus connaissait le coeur des gens et pouvait leur parler directement en fonction des péchés, des luttes ou des doutes les plus profonds qu'ils avaient. Il avait toujours exactement la parole à propos pour chaque personne. Maintenant, Jésus n'est plus en face de nous pour nous parler comme cela, mais nous avons des frères et soeurs qu'Il utilise dans ce sens. Ce serait vraiment dommage de s'en priver.
Je pense que tout cela, nous ne pouvons que très difficilement le vivre dans le cadre de réunions d'Eglises. D'où l'intérêt de se voir en tête à tête, avec une ou deux personnes. C'est un cadre vraiment favorable. Nous ne pouvons pas vivre tous les "les uns les autres" de la Bible quand nous n'allons qu'au culte, au groupe de jeunes et même à la réunion de prière. Vivre la repentance, la confession des péchés, le partage des fardeaux dans des tout petits groupes est une réelle délivrance dans ma marche chrétienne. Évidemment, c'est difficile. Bien plus que de rester confortablement caché derrière les traditionnelles rencontres de l'Eglise. Mais c'est tellement encourageant de voir Dieu agir en moi à travers cela.

Qu'est-ce que ça a changé pour toi d'être redevable ?

Principalement mon regard. J'ai un regard plus juste sur qui je suis et qui est Dieu. Je suis un pêcheur gracié ; Dieu est saint. J'ai besoin d'être redevable pour régulièrement me rappeler cela. Sinon, je peux bien vite tolérer l'intolérable dans ma vie.
Ensuite cela m'aide à lutter contre le péché. Quand je sais que, chaque semaine, je devrai rendre des comptes précis dans tel ou tel domaine de ma vie parce que j'ai demandé au(x) frère(s) de me poser les questions qui fâchent, franchement, j'ai moins envie de tomber face à la tentation. C'est humiliant. Humiliant de voir que j'ai besoin de ça pour obéir à Dieu - J'aimerais tellement aimer Dieu au point de lui obéir simplement quand il me demande quelque chose - et humiliant d'ouvrir les portes des recoins les plus sombres de ma vie. Mais je suis persuadé que cela est bon parce que je vois des progrès dans mon obéissance et ma lutte contre le péché.
Cela change aussi que j'ai un lieu, un cadre, dans lequel je peux exprimer ce que j'ai vraiment sur le coeur. Ma colère, mon raz-le-bol, mes incompréhensions... Tout ce qui n'est pas "évangéliquement correct". C'est une vraie délivrance de vivre cela entre frères et ensuite tout poser devant Dieu.

Matthias Hurpé – Stagiaire IBG permanent du FEU de Lille