« Prenons au sérieux notre appel à suivre Jésus » - Interview de David Platt, publiée sur le site Notreeglise.com 4/4

26 Mar 2015

Vous avez sûrement remarqué que discipliner les chrétiens est devenu impopulaire dans beaucoup d’églises, parfois même complètement ignoré. Comment pensez-vous pouvoir bien développer la discipline d’Église dans des villes où les chrétiens n’ont qu’à changer d’église ?

Pratiquer la discipline d’église est un réel défi. On l’a vu ici-même, à Brook Hills [NDT : l’église où Platt était pasteur jusqu’en 2014]. Je pense que pour arriver à une discipline d’église, il faut montrer clairement ce dont il s’agit au sein du corps du Christ. Puis il faut de bonnes relations entre les églises locales d’une même dénomination. Il nous est arrivé d’avoir des personnes venues à Brook Hills pour échapper à une procédure disciplinaire dans leur église. Dès que nous l’avons su, nous avons dit « bien, nous voulons encourager la réconciliation avec cette autre église. Peut-être le Seigneur vous amènera à rester là-bas et peut-être qu’il vous amènera à la quitter », mais nous allons favoriser la réconciliation entre cette personne et son église.
Nous avons aussi des gens dans un processus disciplinaire dans notre église – je pense à un cas en particulier – et la personne va dans une autre église tout en ne se détournant pas de son péché. Nous communiquons avec l’autre église pour qu’ils puissent l’aider.
Plus on encourage ce type de relations entre églises, plus on arrivera à une discipline d’église efficace.

Dans votre église, vous encouragez à ne pas être simplement membres mais à « partager la vie avec les autres disciples de Christ, par une redevabilité mutuelle sous un leadership biblique pour la gloire de Dieu. » Comment, dans une culture consumériste, amener les gens à un tel engagement ?

Je pense qu’au fond, tout disciple de Christ désire être en relation avec les autres, marcher ensemble et s’encourager à aller vers Christ en étant guidés par des leaders aimants et serviteurs qui enseignent la parole et l’appliquent à leurs vies. Hélas ça n’a pas toujours été le cas. Ça n’a pas toujours été l’image que nous avons montrée de l’église. Je ne prétends pas que mon église est parfaite, mais lorsque quelqu’un voit une communauté qui s’aime, qui partage ses joies et ses peines, qui avance ensemble, qui est guidée par des pasteurs-bergers qui enseignent la parole de Christ, je pense que les disciples de Jésus voient ça et le veulent aussi. C’est ce dont nous avons besoin.

Puis, on s’est rendu compte que nos attentes ne surprennent pas les gens. Ils ont comparé le modèle des écritures et celui de l’église et ont dit « oui, c’est ce que nous voulons ». Ils ont commencé à voir le sentiment de superficialité que ça crée dès qu’on en veut moins que ce que Dieu veut. Dieu peut aussi utiliser ça pour révéler un christianisme culturel, pour révéler la préférence que certains ont pour la superficialité. Ça les remet en question et les pousse à se demander « bon, pourquoi ne pas vouloir quelque chose de différent ? Suis-je bien en train de suivre Jésus ? » En somme, ça peut être un processus bénéfique qui expose la tromperie de leurs propres cœurs.

Vous concluez votre livre avec de bonnes idées pour un programme personnel de discipulat, tant pour les pasteurs que pour les membres d’église. Qu’est-ce qui a changé dans votre église après avoir encouragé les gens dans ce plan de discipulat et d’évangélisation intentionnels ?

Nous encourageons chaque membre à formuler un plan personnel pour faire des disciples et à le faire dans le cadre de leur relation avec les autres. On n’impose ni la manière de faire, ni de devoir rendre des comptes à quelqu’un, mais on encourage à placer la grâce et l’Évangile au centre du processus et à se dire « bon, quoi qu’on fasse cette année, nous voulons grandir en tant que disciples de Jésus et donner nos vies pour faire des disciples ». Puis on encourage à mettre ça par écrit et à le partager pour encourager les autres à faire de même. C’est très encourageant ! Certains disent « Je veux cultiver mon attachement à Dieu cette année, je veux remplir mes pensées de vérité ; cette année je veux que d’autres connaissent l’amour de Jésus. Et ce faisant, je veux montrer l’amour de Christ aux autres au sein de mon église. Et que ce soit en priant, en donnant ou en y allant, je veux participer à ce que Dieu fait dans le monde. »
Ça m’enthousiasme de voir des membres de ce corps plonger dans ce genre de questions et les partager les uns avec les autres. On se lance mutuellement des défis, on s’encourage et on construit entre nous une redevabilité centrée sur l’Évangile. C’est alors qu’on réalise qu’on est à notre place. C’est ce pour quoi les disciples de Christ ont été créés. Dès que les gens mettent ça en pratique, on voit des personnes venir à Jésus et commencer à grandir dans leur relation avec Jésus. Et ils réalisent alors : « Si je devient intentionnel dans un domaine de ma vie, je veux que ce soit pour grandir en tant que disciple de Jésus et pour faire des disciples ».

Interview réalisée par Christianity Today. Traduit en français avec leur aimable autorisation. Merci à Corinne Banziger et Laurent Huguet pour la traduction !