Comment proclamer le nom de Jésus et faire des disciples ? d'après TONY MERIDA

16 Apr 2015

C'est lui que nous annonçons, exhortant tout homme, et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de présenter à Dieu tout homme, devenu parfait en Christ. (Colossiens 1 : 28)

Il est attristant de constater qu'aujourd'hui, beaucoup, dans nos Églises, ont adopté une religion basée sur les sentiments personnels, dans laquelle il n'y a pas de vérité absolue mais de nombreuses voies menant à Dieu, chacun étant libre de vivre comme il veut, même s'il adopte un style de vie opposé à la Bible. Elle est spéculative, mystique, ambigüe et sans Christ, donc vaine. Par conséquent, nous avons besoin d'une présentation de l'Évangile centrée sur Christ.

Nous sommes appelés à faire de toutes les nations des disciples. Parmi elles, nous rencontrerons des « hommes religieux », mais rarement des hommes qui comprennent réellement les Écritures, la personne et l'œuvre de Christ. Leurs croyances sont similaires à celles que nous avons décrites ci-dessus. Nous devons leur apporter la vérité de la Parole de Dieu dans un monde confus. Quatre éléments du ministère de Paul nous permettrons d'accomplir ce travail de présentation centrée sur Christ afin de préparer des disciples de Jésus-Christ mûrs.

PRÊCHER COMME UN ÉVANGÉLISTE

Paul utilise le terme « prêcher », littéralement « annoncer largement », « proclamer publiquement ». Il souligne un effort d'annonce des faits. La proclamation implique l'affirmation de la bonne nouvelle. Ce mot est utilisé, en Actes 13 : à Salamine Paul et Barnabas « annoncent la Parole de Dieu dans les synagogues » (5). Ils furent les « hérauts » de ces faits dans les synagogues. En tant que que témoins fidèles, nous devons dire ce que Dieu a fait en Christ. Nous ne donnons pas un conseil ; nous présentons la bonne nouvelle.

Nous devons proclamer les faits concernant Jésus parce que nous croyons qu'« il n'y a de salut en aucun autre ; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4 : 12). La présentation de la bonne nouvelle peut être une expérience bouleversant les vies sur-le-champ lorsque l'Évangile de Christ est proclamé avec la conviction qu'il contient la puissance nécessaire à la conversion (Romains 1 : 16). Une proclamation « au sujet de l'Évangile » ne suffit pas ; proclamons l'Évangile.

Nous devons aussi affirmer les faits au sujet de Jésus afin de corriger les nombreuses idées répandues à Son sujet. Il est impératif que celui qui prêche comprenne la doctrine relative à Christ et au salut. L'évangéliste qui expose la vérité ne fait pas de séparation entre théologie et évangélisation. La seule question importante est : « Faisons-nous de la bonne théologie ? ». Présentons le vrai Seigneur-Jésus autour de nous.

De plus, l'évangéliste doit persévérer dans la proclamation de Christ car il s'agit de la question de discrimination ultime du sceptique. Les questions auxquelles ceux qui doutent doivent trouver une réponse ont trait à Jésus : « Qui est Jésus ? Est-Il ressuscité d'entre les morts ? ». Les autres questions ne sont pas essentielles. Ne cessons pas d'affirmer la vérité puissante de la croix et de la résurrection : « Les Grecs recherchent la sagesse et les Juifs des miracles, mais nous prêchons Jésus-Christ crucifié » (1 Corinthiens 1 : 22).
La meilleure façon pour un sceptique de comprendre que l'Évangile est irréfutable est de considérer Jésus-Christ dans Sa Parole. La proclamation régulière et entière de Jésus-Christ a une grande puissance et l'Esprit travaille à ouvrir les yeux de ceux qui entendent afin qu'ils croient.

Brandissons l'Évangile de sorte que ceux qui sont autour de nous le voient. Galates 3 : 1 nous met au défi : aux yeux des Galates, « Jésus-Christ a été peint comme crucifié ». Les Galates ne se trouvaient pas à Golgotha mais le message de Paul était tellement centré sur la croix que tout se présentait comme s'ils avaient été là !

AVERTIR COMME UN PROPHÈTE

Paul emploie fréquemment le verbe « avertir » ou « recommander instamment ». Ce mot est utilisé dans des mises en garde contre une mauvaise conduite (cf. Actes 20 : 31, 1 Corinthiens 4 : 14, 1 Thessaloniciens 5 : 12 et 14, 2 Thessaloniciens 3 : 15). L'un des rôles essentiels du « prophète » présentant l'Évangile est d'avertir les hommes au sujet des faux enseignements et d'une vie sans Dieu. Paul utilise ce terme lorsqu'il met en garde les anciens de l'Église d'Éphèse : « Veillez donc, vous souvenant que, durant trois années, je n'ai cessé nuit et jour d'exhorter avec larmes chacun de vous » (Actes 20 : 31).
Paul affirme avoir exhorté « avec larmes ». L'instruction délivrée par un évangéliste doit venir d'un amour profond au point de briser son cœur. Jérémie était le « prophète en pleurs » ; Jésus pleura au sujet de Jérusalem. Paul « averti[t] comme [ses] enfants bien-aimés » (1 Corinthiens 4 : 14). Aimons ceux qui nous entourent avec un cœur étreint.
En tant que proclamateurs de l'Évangile, nous ne devons pas avoir peur de délivrer les avertissements nécessaires. Sans être naïfs ou inconscients, aidons les hommes à rester sur le chemin de la vérité. Un bon proclamateur de l'Évangile ressemble à un garde forestier qui connaît le terrain et avertit ceux qui s'y engagent des dangers qu'il comporte.

Si nous n'adressons pas d'avertissement au sujet des hérésies et de l'impiété, nous ne faisons pas le travail qui nous est confié. Paul était souvent considéré comme un fauteur de trouble parce qu'il n'avait pas peur de faire retentir ces avertissements. Avertir implique, à cause des vérités des Écritures, une confrontation avec les auditeurs. C'est un défi dans une culture qui met tellement en avant l'« autonomie » et la « vie privée ».

ENSEIGNER COMME UN THÉOLOGIEN

C'est aussi par l'« enseignement » que les prédicateurs exaltent Christ. Ce terme fait référence aux compétences du professeur. La proclamation est consacrée à l'exposition des faits, l'enseignement à leur explication. En plus de son effort d'évangélisation, Paul enseignait et participait régulièrement à l'édification et à l'instruction doctrinale des croyants. Ces éléments sont essentiels dans la mission de l'Église. Nous devons proclamer Christ là où Il n'a pas été nommé mais aussi enseigner et participer à la construction de l'Église.

Nous avons besoin d'une génération d'enseignants centrés sur Christ. Esdras « avait appliqué son cœur à étudier et à mettre en pratique la loi de l'Éternel, et à enseigner au milieu d'Israël les lois et les ordonnances » (Esdras 7 : 10). Paul demande à Timothée de s'appliquer « à la lecture, à l'exhortation, à l'enseignement » (1 Timothée 4 : 13). Soyons remplis de zèle pour l'exhortation et l'enseignement. En appelant Timothée à « prêcher la parole », Paul lui demande d'enseigner « avec toute douceur »  (2 Timothée 4 : 2). Il faut du temps pour que les auditeurs comprennent les vérités de l'Évangile. Le berger nourrit ses brebis petit à petit car il sait que le processus de sanctification est lent.

Il faut que le peuple de Dieu connaisse une expérience comparable à celle des disciples du chemin d'Émmaüs qui se demandèrent par la suite si leur « cœur ne brûlait pas au dedans » d'eux « lorsqu'Il nous parlait en chemin et nous expliquait les Écritures » (Luc 24 : 32). Que les cœurs brûlent lorsque nous expliquons les Saintes Écritures et présentons Jésus autour de nous ! Le but de notre enseignement n'est pas simplement de faire part d'informations, mais de conduire des cœurs à être remplis d'adoration. La finalité de l'exposition de l'Évangile est l'exaltation de Dieu.

La théologie devrait mener à la doxologie. Lorsque le message délivré est de qualité, les auditeurs cessent de prendre des notes afin d'adorer Christ. « La transformation dont l'Église a besoin est de celles qui résultent de la contemplation de la gloire de Dieu sur la face de Christ » (James Hamilton - God’s Glory in Salvation, 39). Cette transformation sera possible à la condition que nous expliquions le rôle central de Christ dans les Écritures dans le cadre d'un enseignement théologique consciencieux.

Faisons des disciples de Jésus-Christ en Le présentant comme des évangélistes, en avertissant comme des prophètes, en enseignant comme des théologiens et en vivant comme des sages. Le travail, parfois difficile, d'une présentation de l'Évangile centrée sur Christ, permettra seul l'avancement de l'œuvre du Seigneur.

 

Merci à Matthieu Deneufchâtel pour son résumé en français de l'article « How to proclaim Jesus and make disciples » de Tony Merida que vous retrouverez sur le site : http://gcdiscipleship.com/how-to-proclaim-jesus-and-make-disciples/